fbpx

JAMES BALDWIN ET « I AM NOT YOUR NEGRO »

À l’occasion du Black History Month, la Maison French Deal souhaite mettre en avant des personnalités, des histoires et des faits historiques marquants de la Black Culture. À travers cet article, nous vous invitons à découvrir le célèbre écrivain et militant James Baldwin ainsi que “I AM NOT YOUR NEGRO”, documentaire retraçant l’évolution d’une Amérique raciste à travers les figures de la lutte contre la ségrégation. 

James Baldwin, une jeunesse remplie de désillusion 

James Baldwin naît en 1924 à New York, en plein cœur d’une Amérique divisée et symbole de ségrégation raciale. À cette époque, être une personne noire signifie ne pas être libre, être banni de certains lieux, avoir peur de mourir sous les coups de la police ou la violence du Ku Klux Klan.

Élevé à Harlem, quartier pauvre de la ville de New York, James Baldwin est extrêmement intelligent et doté d’un véritable don pour l’écriture. Passionné par la lecture et les livres, il trouve refuge dans les bibliothèques pour échapper à son quotidien difficile. Et bien que son talent soit vite remarqué, le jeune Baldwin réalise rapidement que le rêve américain ne lui sera pas réservé, étant noir.

Durant son adolescence, il rencontre des artistes noirs qui l’inspirent à suivre ses rêves et devenir écrivain. À 19 ans, il est témoin des émeutes d’Harlem. Il restera marqué à vie par les violences policières sur la communauté noire auxquelles il assiste lors de ces émeutes. En 1955, il publie un essai à ce sujet : Notes of a Native Son. 

Quelques années plus tard, durant sa jeune vie d’adulte, James Baldwin tourmenté par son homosexualité et prenant conscience de la difficulté de vivre aux États-Unis pour un homme noir et homosexuel, il décide de fuir. Son lieu d’exil ? La France.

Se sentir enfin libre, en France

À partir de 1948, James Baldwin vit en France et comprend enfin le sens du mot liberté, sous tous ces aspects. Il s’entoure d’artistes et d’intellectuels comme Joséphine Baker et Maya Angelou et se consacre pleinement à sa passion : l’écriture. Il restera en France pendant 8 ans et publiera Go Tell It on the Mountain (1953), Notes of a Native Son (1955) et Giovanni’s Room (1956). Ces écrits resteront des symboles d’une pensée déjà très novatrice pour l’époque abordant l’homosexualité, la bisexualité, mais aussi l’identité et le racisme. 

En 1956, l’actualité de son pays natal rattrape l’écrivain. Suite à une décision lourde de sens de la Cour Suprême, le pays vit des tensions raciales sans précédent. En effet, deux ans plus tôt, les arrêts Brown v. Board of Education mettent fin à la ségrégation raciale des écoles publiques. Mais l’Amérique blanche ne veut rien savoir et fait tout pour conserver cette ségrégation en place. James Baldwin est au courant et voit les terribles images des émeutes de Little Rock, dans l’Arkansas. Suite à ces horreurs, il décide de rentrer au pays.

De retour aux États-Unis

À son retour, James Baldwin part pour le sud des États-Unis où il rejoint le mouvement des droits civiques. Avec cet engagement pour son peuple, il se lie d’amitié avec Malcom X, Martin Luther King ou encore Medgar Evers, grand leader de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis et dans le monde. 

James Baldwin affiche clairement son combat pour la lutte des droits civiques pour la population noire américaine. Grand écrivain et orateur, il débat sans relâche sur divers plateaux de télévision afin d’éduquer les Blancs aux conséquences du racisme. 

Grâce au travail des militants pour les droits civiques, les choses avancent petit à petit.

Et en 1964, le président américain de l’époque, Lyndon Johnson, signe le Civil Rights Act, loi interdisant la discrimination raciale et donc la ségrégation.

Bien que conscient de l’avancée du mouvement dans cette lutte, des nouvelles terribles bouleversent la vie de James Baldwin. Ces 3 amis et compagnons de lutte Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King ainsi que le président J.F. Kennedy, sont successivement assassinés. Baldwin décide d’en finir avec les États-Unis et revient s’installer en France en 1970. Et c’est dans sa maison de Saint-Paul-de-Vence dans le sud-est de la France qu’il continuera d’écrire jusqu’à sa mort en 1987. 

Le documentaire « I AM NOT YOUR NEGRO »

Dans ses dernières années de vie, le célèbre écrivain James Baldwin entama la rédaction d’un livre sur l’Amérique en tirant le portrait de ses trois amis assassinés, figures de la lutte pour les droits civiques : Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King Jr. 

Partant de ce récit inachevé, le réalisateur Raoul Peck décide de rebâtir la pensée de Baldwin à partir de ses notes, ses discours et ses lettres. Une fois tous les éléments mis bout à bout, il en a fait un documentaire intitulé « I AM NOT YOUR NEGRO ». Ce film, sorti en 2017 est salué dans le monde entier, sélectionné aux Oscars et remporte le César du meilleur documentaire en 2018. 

La Maison French Deal vous invite à découvrir ce documentaire, doublé par le rappeur JoeyStarr et actuellement disponible sur Netflix.